Voyage en Argentine 2002


Passionnés de généalogie et d'informatique, nous sommes remontés dans le temps et nous avons voulu aborder la recherche de nos ancêtres d'une façon originale.

C'est ainsi qu'en 1997 en saisissant le nom Claraz sur un moteur de recherche sur Internet, nous avons découvert l'existence dans la Province de Buenos Aires d'un village Claraz.

D'autre part dans nos archives nous avions quelques documents, nous annonçant l'immigration d'un ancêtre en Amérique du sud au 19ème siècle. 6 mois de travail, nous ont permis de faire le lien.

Le 6 avril 2002, entraînant avec nous 22 personnes, nous sommes partis en Argentine à la découverte de ce village nommé Claraz…







C'est après une longue nuit passée à bord d'un airbus A 340 qu'au matin du 7 avril 2002 nous découvrons, cette terre du bout de l'Amérique du Sud, l'Argentine.




C'est par le hublot que nous pouvons admirer la magnificence de Buenos Aires, ville immense de 13 500 000 habitants avec ses 19 banlieues regroupées. De Buenos Aires, nous visitons l'essentiel, la Casa Rosada, la Plaza de Mayo, le quartier San Telmo, la Boca, quartier populaire aux couleurs éclatantes, le cimetière Recoleta inauguré en 1882, le Café Tortoni, académie de danses (tango).










Sur les traces de notre ancêtre Georges Claraz*, nous nous rendons via la Pampa à Claraz. L'herbe est tellement verte et rase que l'on dirait un immense terrain de golf, constellé de troupeaux de bovins et de chevaux, mais aussi d'oiseaux… De nombreux terrains sont inondés … mais les troupeaux n'en éprouvent aucune anxiété.

Après 450 km dans la Pampa, nous traversons Azul le premier village. Nous quittons ce village pour longer une zone céréalière, nous apercevons de nombreux silos et de belles propriétés, nous sommes à 90 Km de Tandil.

Après une courte halte à Chillar où nous rencontrons le premier habitant de Claraz, d'allure métissée, peau basanée, cheveux raids et noirs, nous sommes accueillis par le Maire de Claraz à l'estancia Madal Tuel où nous attendent asados et empanadas. Puis dans l'estancia Alfaguara, nous visitons installations et bétails. Nous goûtons copieusement, vers 22 h nous quittons nos hôtes et escortés par M. le Maire et d'un 4 x 4 de l'autorité policière de Claraz nous faisons notre entrée dans ce village, nous sommes lundi 8 avril 2002, il est 23h et tous les habitants du village sont là pour nous accueillir très chaleureusement.






Après une première nuit passée chez nos hôtes, en délégation nous découvrons Claraz.








En soirée, nous avons présenté nos régions sur des posters :
- Pays : France - Suisse - Italie.
- Départements : Isère, Savoie et Haute-Garonne.
- Communes : Grenoble - Lanslevillard - Toulouse.
- Fribourg (Suisse) - Florence (Italie)

Ils nous ont parlé de leur village, de Georges Claraz et ont exposé tous les documents qu'ils possèdent sur notre aïeul.









Dessins des enfants de l'école n° 16 de Jorge Claraz
Dibujos unos niños de l'escuela n° 16 de Jorge Claraz


Le mercredi 10 avril a été une grosse journée … Au programme visite de la ville de Tandil 109 000 habitants, 70 km au Nord de Claraz. Nous avons eu les honneurs de la ville de Tandil. Nous avons été reçus par M. le Maire, le Directeur de la Culture, un représentant de l'alliance française, le Président du Conseil Général, Télé, presse.

Nous avons eu la visite guidée de la mairie de Tandil (réplique d'un salon du palais de Versailles), nous avons visité le Musée des arts dont la ville est très fière, nous avons déjeuné dans une maison de gauchos, visité le Musée d'histoire. Le soir conférence de presse, nous avons remis, à M. Ruben H Betbeder Directeur de la Culture de la ville de Tandil, le Dauphiné Libéré du 5 avril 2002. Puis retour à Claraz vers 23h.

Le jeudi 11 avril, c'est la fête à Claraz, 9h grande messe (chorale-guitaristes) puis réception, de nombreuses personnalités sont présentes :





- Hymnes nationaux : Argentin - Français,
- M. le Secrétaire de l'Intérieur de la Nation,
- Mme la Secrétaire de la Culture, du Tourisme et des Sports,
- M. le Maire de Necochea.
- M. le Maire de Claraz.
- M. le Directeur de la culture de Necochea,
- Mme la Directrice du Tourisme de Necochea.




Discours des autorités et de Christine Claraz.



A la Mairie, une plaque est dévoilée par Claude et Christine Claraz en présence des autorités et de la population.


A la Mairie, une plaque est dévoilée par Claude et Christine Claraz en présence des autorités et de la population.




Ensuite, repas à la salle des fêtes 220 couverts, danses, chants sont au programme et une surprise la municipalité de Tandil, nous envoie une troupe de danseurs de tango de Buenos Aires. Nous avons été comblés de cadeaux.









Après cette belle fête, nous décidons à notre tour de leur préparer un repas selon nos traditions, notamment un gratin dauphinois pour 50 personnes, c'est un régal … Nous avons fait plusieurs dons d'espèces à la commune.

C'est avec beaucoup de regret que le vendredi 12 avril au matin, nous avons pris le départ, mais en leur promettant de revenir, nous avons déjà un nouveau projet pour 2004. En attendant nous allons essayer de les aider depuis la France, médicaments, vêtements, ordinateurs, etc.

Suite à l'article de la " Nacion "* nous recevons de nombreux mail d'Argentine et d'Espagne.

Depuis notre retour nous correspondons avec le village Claraz d'une façon très irrégulière, c'est ainsi que nous avons appris qu'en plus de leur situation économique Claraz a été touché par des inondations. Le vendredi 12 avril des 8 heures, nous quittons Claraz, le cœur gros. Nous nous arrêtons à Juan Fernandez, où nous attendent les lycéens de Claraz, ainsi que Diana qui veut nous montrer une fresque d'Elizabeth Cater-Golla sa maman.






Article


Après de nombreux kilomètres, nous nous arrêtons en début d'après-midi au monastère de Los Toldos (ville natale d'Eva Perone) c'est avec beaucoup d'émotion que nous rencontrons le Père Meinrado Hux, biographe de Georges Claraz.









Dans la nuit nous arrivons à Cordoba, deuxième ville d'Argentine 1 300 000 habitants, que nous visitons le lendemain, sa cathédrale, ses musées, son université Jésuite.









De Cordoba nous partons en direction de Salta, laissant derrière nous la Pampa, nous faisons une courte halte au lac El Mollar, où nous dégustons un excellent poisson.





Dans la province de Tucuman zone montagneuse à végétation luxuriante, un arrêt au parc des menhirs s'impose.



Nous nous arrêtons pour deux jours dans une magnifique ville Cafayate (1660m) située non loin de la Cordillère des Andes.






Voici Quilmes cité Incas ou vivaient autrefois 2500 indiens anéantis par les colons espagnols au XVII siècle. Dans la Vallée Calchaqui nous découvrons, cactus et lamas…






Nous nous engageons dans la Quebrada de Cafayate, vallée étroite d'une soixantaine de kilomètre ou les roches multiformes et multicolores nous offrent un paysage magnifique.








Nous quittons Salta ville de 450 000 habitants, pour Corrientes ou nous traversons un plateau avec en fond la montagne, nous sommes toujours sur la nationale 6 qui traverse l'Argentine d'Ouest en Est.

Nous passons la nuit dans le bus, et après 1 600 Km, nous arrivons à San Ignacio puis Santa Ana… Les Jésuites y accueillirent et convertirent de nombreux indiens Guaranis persécutés par les Espagnols.






Dans la province de Missiones, enclave entre le Paraguay et le Brésil, voici les mines de Wanda d'où sont extraites des pierres fines telles qu'améthystes, topazes, et agates.

Toujours dans la province de Missiones fut crée en 1934 le parc National d'Iguazu, qui signifie eau grande en langage Guarani. Frontalier avec le Brésil il est d'une superficie de 67000 hectares. 275 chutes d'une hauteur de 72m se pressent sur un front de 2,5 km, c'est un spectacle grandiose. 

Bien que situées en Argentine ces chutes sont également visibles du Brésil. Ce parc National est inscrit au Patrimoine mondial par l'Unesco en novembre 1984.







Visite chez les Indiens Guaranis qui vivent en communauté dans la forêt tropicale, prés des chutes d'Iguazu.



La boucle est faite, de Puerto Iguazu nous nous envolons pour Buenos Aires, d'où nous repartons pour la France. C'est avec regret que nous avons quitté ce magnifique pays. Ce voyage a été fabuleux, nous remercions, tous les Argentins qui nous ont accueillis, mais aussi Philippe et Elena Melul* qui ont, pour nous, organisé ce voyage.


Christine et Claude Claraz
Photos Pascal Claraz


* Biographie Georges Claraz.
* Biografia Jorge Claraz.
* Lien journal La Nacion.